Selon Jean-Yves FOUCHE, l’Economie Circulaire est un axe de développement incontournable pour les entreprises, avec un fort potentiel novateur et stratégique. Selon lui, les démarches foisonnent déjà et ne vont qu’évoluer et se multiplier dans les années à venir. Elles, qui demandaient autrefois des efforts, relèvent aujourd’hui davantage de la facilité ! Sa vision optimiste de l’avenir et sa confiance inébranlable en la nouvelle génération, lui permettent d’affirmer que les choses basculent et, désormais, les valeurs humaines s’imposent dans les référentiels d’entreprise.

* * *

Ayant passé son enfance à la ferme, Jean-Yves FOUCHE a développé une certaine sensibilité pour le monde de la Nature. Suite à des études d’ingénieur agronome, il mène sa carrière professionnelle dans l’Agroalimentaire sur des fonctions de direction qui le dirigeront à des échelles aussi bien françaises qu’internationales.

* * *

S’engager en Economie Circulaire, ça ne mange pas de pain !

C’est en 1995 que Jean-Yves FOUCHE s’est tourné vers le secteur de l’alimentation biologique, en créant la société BIOFOURNIL qui est aujourd’hui un Leader français dans le pain bio. Son souhait était alors d’utiliser des matières premières biologiques, dont le mode de production respecte l’intégrité des sols et les plantes en s’interdisant d’incorporer des engrais et des produits phytosanitaires de synthèse. Cohérent avec cette démarche, il développe au sein de son entreprise des processus respectant le produit, éliminant les améliorants de synthèse, et approfondissant scientifiquement les phénomènes de la fermentation. Ainsi, industrialisation et amélioration continue du goût et de la durée de conservation des produits vont de pair, et déterminent la réussite de BIOFOURNIL.

Dès 1999, Jean-Yves FOUCHE met en place ses premières démarches d’écoconception. Tout d’abord, les pains sont fabriqués à base de levain ce qui assure une plus longue conservation, avec pour conséquence d’éliminer le gaspillage chez le consommateur.

Au sein même de l’entreprise, tout ce qui peut concourir à réduire le gaspillage de farine, d’eau ou d’énergie est opiniâtrement adopté.

De même, il propose de travailler sur l’écoconception et la réduction des cartons d’emballages, initiative payante qui a conduit à la réduction de la consommation de matières de 20 tonnes dès la première année !

* * *

Changer le Monde par l’échange.

En parallèle, Jean-Yves FOUCHE s’est engagé à la CCI, où il s’est vu confié la vice-présidence des directions : international, innovation, club d’entreprise, tourisme, développement durable. Convaincu de la nécessité pour l’Economie de se tourner vers l’Ecologie, il créé l’ADECC en 2016 avec d’autres chefs d’entreprises, et avec le soutien de la CCI, dans le but d’externaliser et promouvoir l’Economie Circulaire en Maine-et-Loire. Jean-Yves FOUCHE s’est également engagé dans d’autres réseaux : clubs entreprises, interbio…

Il explique : « Lorsque j’étais vice-président à la CCI de Maine-et-Loire, les sujets de développement durable étaient plutôt bien accueillis par les chefs d’entreprises mais il n’y avait pas d’adhésion franche et massive de leur part. Grâce à la CCI, nous avons eu l’impulsion nécessaire pour créer une structure nous permettant de promouvoir et faire connaître l’Economie Circulaire. Avec l’ADECC, le but était de créer un bassin où tout peut s’échanger. Nous voulons aussi faire de l’écologie et des économies pour dynamiser et encourager le développement des entreprises. »

* * *

Entrer dans la « mind map » des jeunes générations.

Depuis 3 ans, Jean-Yves FOUCHE est le président régional d’ENTREPRENDRE POUR APPRENDRE – Pays de La Loire. Cet organisme vise à accompagner les jeunes de 14 à 25 ans, en leur permettant de participer à des projets de mini-entreprises en lien avec leurs enseignants et certains professionnels.

Via cette expérience concrète, les jeunes générations prennent conscience d’enjeux essentiels qui rythmeront leur vie future : autonomie, esprit d’initiative, regard critique, travail collaboratif… La question de l’Economie Circulaire est abordée dès la genèse des projets et 75% d’entre eux en adoptent directement les principes.